bandeau imageDRJSCS Ile-de-France

DRJSCS Ile-de-France

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>Lettre mars 2017

Lettre mars 2017

Article La Lettre de la DRJSCS 29/03/2017

 

Interview avec Adèle LEPOUTRE, chargée de mission à l’association Sciences Po refugee help

 

Bonjour Anna, vous êtes la fondatrice de la Maison des Volontaires, pouvez-vous nous confier la genèse et la philosophie du projet ??
La Maison des Volontaires (MdV) a ouvert ses portes en octobre 2015 grâce au soutien de Concordia, association fondée sur le volontariat international et les échanges interculturels. Elle a un double rayonnement à la fois régional, ouverte sur le territoire francilien et local grâce au travail mené auprès des habitants du quartier. La Maison est née d’un triple constat : absence de lieux d’hébergement pour des volontaires engagés à Paris ou en région parisienne ; absence de lieux identifiés dédiés à l’information et à la formation sur le volontariat et manque de lieux consacrés à la promotion du volontariat. La difficulté de trouver un hébergement en Île-de-France est un frein pour le développement de projets ou d’action d’intérêt général. Ajoutée à cela la méconnaissance des dispositifs de volontariat qui constituent pourtant de réelles expériences valorisantes de citoyenneté, nous avons imaginé la Maison des volontaires comme un lieu d’hébergement et de résidence des personnes mais aussi comme un lieu ressources.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce lieu ressources ??
La MdV est un lieu consacré à la promotion du volontariat accueillant des résidents volontaires engagés à Paris et en Île-de-France. Elle est organisée autour de trois espaces : La home (42 logements en résidence sociale), le LAB un lieu ressource qui accompagne, forme et oriente les acteurs du volontariat (volontaires et partenaires) et enfin, la Scène, un lieu de diffusion ouvert au grand public dédié à la rencontre, à l’échange et à la communication évènementielle. D’ailleurs, nos volontaires doivent au cours de leur séjour, organiser un petit événement mettant en avant leur structure d’accueil et leur engagement (concerts, débats, expositions...).

Pourquoi vous êtes-vous orientés vers un projet sportif ?
Tout d’abord, nous avons répondu à une demande des réfugiés. Ils souhaitaient faire du sport et en particulier du football de manière plus encadrée. Les valeurs du sport sont universelles, le sport dépasse les frontières de la langue, on vit un moment de partage et d’échange, comptant sur l’esprit d’équipe et le fairplay. Et puis, c’est un projet d’échange et de partage culturel, des convictions qui nous tiennent particulièrement à coeur dans l’association où nous essayons de lutter contre le racisme et l’exclusion. Le projet No border club correspond bien à la promotion de nos valeurs : solidarité, ouverture et implication. Ainsi, on a choisi d’impliquer les réfugiés dans l’action, de les faire devenir acteurs du projet. On voulait rompre la dichotomie entre aidés et aidants.

Quel est votre public, y a-t-il des critères pour bénéficier d’un logement ?
Oui et non. Nous avons très vite réalisé que le critère de la provenance géographique ne tenait pas. Ou encore que les étudiants volontaires ne seraient pas prioritaires. Nous privilégions la mixité, l’idée étant d’avoir des jeunes qui viennent des quatre coins du monde, de l’Europe, de la France, de milieux sociaux variés avec des niveaux d’études différents qui s’enrichissent ainsi mutuellement ! Pour commencer nous leur donnons la responsabilité de leur logement, car c’est, pour la majorité des cas, leur premier ! Donc, Français ou étrangers, âgés de 18 à 30 ans, ils ont en commun de vouloir réaliser une mission d’intérêt général à Paris ou à proximité dans le cadre d’un service civique ou d’un service volontaire européen. Au LAB, nous accueillons aussi des jeunes cherchant à obtenir des informations sur ces différents dispositifs de volontariat et/ou de mobilité. Ils ont accès à de la ressource vivante, grâce à Nathalie Chaeverot, chargée de projets et d’accompagnement, ainsi qu’à la base de données des projets et à de la documentation. Lors d’accompagnement individuel ou collectif, nous leur proposons également une palette d’outils pédagogiques qui reposent beaucoup sur le témoignage des pairs pour leur permettre de construire leur projet et de rechercher des missions en phase avec leurs aspirations : « speed dating » avec des volontaires, tutorat par des volontaires... L’objectif est de provoquer la rencontre entre les jeunes et les volontaires qui aspirent à la même chose : l’engagement.

Cet engagement passe aussi par un engagement local au niveau du quartier... ?
Oui, c’est ce que nous appelons l’échange local de services. Nous nous sommes demandés comment les volontaires de la MdV pourraient avoir un impact local, comment pourraient-ils constituer une ressource pour le quartier et réciproquement comment les acteurs locaux pourraient devenir une ressource pour les jeunes. Nous sommes dans le 13ème arrondissement de Paris dans un quartier en politique de la ville. L’idée est d’impliquer les volontaires de la MdV dans des actions auprès des habitants et tout particulièrement auprès des jeunes du quartier. Pour cela, une des conditions pour pouvoir bénéficier d’un logement à la Maison des Volontaires est de s’impliquer deux heures par semaine dans une association du quartier. L’association en échange propose au jeune un savoir, un service, une compétence.

Comment vivent vos résidents ?
Nous avons 42 logements ou studios de 18 m2. Les résidents restent en moyenne de 6 à 12 mois. Le loyer varie entre 490 et 555 euros, le résiduel, déduction faite des APL, est de 150 euros en moyenne. En chiffres, nous avons eu 20 franciliens, 33 hors région parisienne et 17 internationaux pour 45 associations d’accueil et 22 associations locales (échanges locaux de service). Ainsi, depuis l’ouverture nous avons accueilli 70 jeunes : 65 volontaires et 5 réfugiés. C’est en effet une particularité que nous n’avions pas prévue au départ, l’accueil de réfugiés. L’ouverture de la Maison des volontaires correspondait à un moment où la question de l’accueil des migrants se posait fortement dans la société. Alors que nous proposions des logements à des jeunes en pleine construction de leur parcours d’insertion, nous avons trouvé pertinent de nous engager et de proposer des logements à des réfugiés. Nous avons travaillé avec France terre d’asile et la Mairie de Paris et avons réussi à mettre cinq logements à disposition de jeunes réfugiés. Ils participent aux différentes actions de la MdV et notamment à l’échange local de service.
Merci Anna
Contact : anna.diarra@maisondesvolontaires.org

Sport

Livret Attractivité Sport Equipement
Si la région Île-de-France est souvent associée à une image d’urbanisation, elle s’orne néanmoins de verdures, de quais ou de promenades, propices à la pratique d’activités physique. Ainsi, les sports de nature et les pratiques libres sont autant de perspectives assurées pour la construction d’une région sportive bien que les seuls équipements sportifs ne suffisent pas à combler les demandes et les besoins croissants. La DRJSCS d’Île-de-France a réalisé un livret présentant des exemples d’aménagements sportifs extérieurs dont le double usage permet une pratique autonome et une pratique en club. L’ensemble de ces fiches a été rédigé avec la précieuse collaboration de collectivités territoriales et du mouvement sportif. Retrouvez le Livret en ligne sur le site Internet de la DRJSCS

Appel à projets « Héritage de la candidature de Paris à l’organisation des Jeux 2024 »
Le présent appel à projets vise à soutenir des actions éducatives permettant de mobiliser le plus grand nombre autour du sport et de l’olympisme. Ces actions devront permettre de créer, encourager et développer des passerelles entre le sport scolaire et le sport civil en portant une attention toute particulière aux associations sportives affiliées aux fédérations ayant signé une convention avec le ministère de l’Education nationale, celui chargé des sports et les fédérations en charge du sport scolaire. Retrouvez l’appel en projet en ligne
Cohésion sociale

Lancement du simulateur "Mes Aides"
Revenu de solidarité active (RSA), prime d’activité, couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), allocation logement, allocation de solidarité aux personnes âgées, etc., le simulateur mes-aides.gouv.fr offre une information personnalisée et transverse sur de nombreux droits auxquels une personne peut prétendre au vu de sa situation. Il permet d’obtenir un résultat estimatif qui devra être confirmé par la demande d’instruction déposée au guichet. Toutes les informations sur mes-aides.gouv.fr

 


Les quartiers de la politique de la ville en Ile-de-France
En collaboration avec la DRJSCS, l’Insee a réalisé une étude sur la pauvreté dans les quartiers de la politique de la ville. La réforme de la politique de la ville cible de façon précise les quartiers les plus en difficulté socio-économique à partir des revenus de leurs habitants. Aujourd’hui, 1,6 million de personnes résident dans les 272 quartiers de la politique de la ville franciliens, dont plus du tiers vit sous le seuil de pauvreté. Si tous les QPV sont touchés par la précarité monétaire, ils présentent pourtant des réalités diverses en matière d’inégalités de revenus, de taille des territoires, de localisation géographique et d’accès aux équipements. Retrouvez l’étude sur le site de la DRJSCS
Publications

Femmes et hommes, l’égalité en question, Insee Références, Edition 2017.
Le sport, d’abord l’affaire des jeunes, INJEP, analyse & synthèses n°1, mars 2017.
Les départs à la retraite dans la fonction publique : la décote concerne davantage les catégories actives, Etudes et Résultats, DREES, février 2017.
Le fonds d’aide aux jeunes en 2015
Etat des lieux et perspectives des interventions de l’UE en lien avec la politique de la ville en France, AFCCRE janvier 2017.

Veille juridique

Loi du 1er mars 2017 visant à préserver l’éthique du sport, à renforcer la régulation et la transparence du sport professionnel et à améliorer la compétitivité des clubs
Arrêté du 7 février 2017 fixant la liste des organismes de formation bénéficiant de l’habilitation à compétence régionale afin d’organiser les sessions de formation conduisant à la délivrance des brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur et de directeur en accueils collectifs de mineurs pour la période du 1er janvier 2017 au 31 janvier 2020.
Décret du 10 février 2017 portant application de l’article 23 de la loi n° 2015-1541 du 27 novembre 2015 visant à protéger les sportifs de haut niveau et professionnels et à sécuriser leur situation juridique et sociale.
Décret du 16 février 2017 relatif à l’exécution du contrat d’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial .
Arrêté du 21 février 2017 fixant la liste des substances et méthodes dont la détention par le sportif est interdite en application de l’article L. 232-26 du code du sport.

Nominations

Arrêté du 15 février 2017 portant nomination de Charlotte FERAILLE, conseillère en charge des relations avec les entreprises, de l’innovation et du numérique au cabinet du secrétaire d’Etat chargé des sport.
Arrêté du 16 février 2017 portant nomination d’Amaury BODIN, conseiller grands événements sportifs et candidatures olympiques et paralympiques, au cabinet du secrétaire d’Etat chargé des sports.
Décret du 24 février 2017 portant nomination de Laurent PREVOST, préfet du Val-de-Marne à compter du 13 mars 2017.
Arrêté du 24 février 2017 portant nomination de Nathanaël BRUSCHI, conseiller jeunesse, sport au cabinet du Premier ministre.

Michel DELPUECH, auparavant préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Est, préfet du Rhône, a été nommé préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris à compter du 27 février 2017. Pour en savoir plus

En bref

Lutte contre le dopage : la DRJSCS Bretagne lance une appli smartphone
Comment aborder le sujet du dopage dans une équipe ? Dopage /conduite dopante, Quelle différence ? Quelles solutions pratiques face aux conduites dopantes ? Autant de questions, autant de réponses que vous trouverez sur l’appli antidopage Bretagne. La parole est donnée aux acteurs de terrain concernés : médecins, sportifs, entraîneurs, parents... Disponible en ligne sur le Play store. Informations et dossier complet

Trois jours intenses au Centre éducatif fermé d’Epinay-sur-Seine
En septembre dernier, nous avions consacré une interview sur la convention passée entre la DRJSCS et la DR Protection judiciaire de la jeunesse. Les actions se multiplient, focus sur un stage réalisé au Centre Educatif Fermé d’Epinay pour des jeunes suivis par la PJJ. Retrouvez l’article sur le site de l’association Foot Citoyen

 

version imprimable
(PDF – 339.9 ko)

Cette lettre d’information est éditée par le Cabinet /communication
de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Île-de-France.
Directeur de la publication : Pascal Florentin | Responsable de la rédaction : Hélène Pham Van
Rédactrice en chef : Barbara Domenech | Maquette : Sophie Richard / Truc Do Cao / Barbara Domenech
Ont participé à ce numéro : Isabelle Domenc, Christèle Gauthier, Vincent Hilaire, Catherine Hirschmuller-Touzé, Aude Legrand, Alice Michaud, Frédéric Musso, Maryelle Rigaud.