bandeau imageDRJSCS Ile-de-France

DRJSCS Ile-de-France

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>Lettre mai 2015

Lettre mai 2015

Article La Lettre de la DRJSCS 3/06/2015

 

Interview de Julie HUBERSON, Conseiller technique régional (CTR) et Nicolas BLIN, pôle sport

Bonjour Julie et Nicolas, la DRJSCS vient de faire paraitre une plaquette d’information sur les missions des conseillers techniques sportifs, l’occasion pour nous, aujourd’hui, d’aborder ce sujet et d’en parler de manière concrète au travers de vos deux fonctions. Avant cela, Julie, comment devient-on conseiller technique et Nicolas, coordonnateur des Conseillers techniques régionaux (CTR) ?

Julie Huberson : Après des études en UFR STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Créteil et un parcours d’athlète en tant que demi-fondeuse (3 000 mètres steeple) en niveau national, j’ai décroché, en 2007, le concours de professeur de sport. J’ai travaillé deux ans à la Direction départementale de la jeunesse et des sports de l’Essonne, je suis employée, depuis 2009, par la DRJSCS où je suis conseillère technique régionale auprès de la Fédération française d’athlétisme (FFA).

Nicolas Blin : STAPS à Poitiers, judoka de formation, j’ai travaillé cinq ans pour une association « Rassemblement par le sport » sur les thématiques de l’insertion et de l’emploi. J’ai eu le concours de professeur de sport en 2005 et je travaille à la DRJSCS depuis 2008 au pôle Sport où je coordonne les CTR et j’assure le suivi des structures des Parcours d’excellence sportives des fédérations.

Quelles sont vos missions, Julie, auprès de la Fédération française d’athlétisme (FFA) ?

JH  : Ma mission de CTR se concentre sur l’ingénierie de formation. Je coordonne les formations d’entraineurs fédéraux bénévoles, je travaille avec chaque référent des CODEP (Comités départementaux de la fédération) sur les contenus pédagogiques, le calendrier, l’organisation des certifications pour le 1er degré d’entraineur fédéral et seulement sur l’organisation des certifications pour le 2ème degré d’entraineur fédéral.

Au niveau national, je coordonne les formations professionnelles des DEJEPS (diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), des DESJEPS (diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) et des CQP (Certifications de qualification professionnelle). Je veille à la mise en cohérence des contenus du ruban pédagogique ou ruban de formation, document prévisionnel de travail qui affiche, dès le début de la formation, les choix retenus pour atteindre les objectifs de cette formation.

Les DEJEPS et DESJEPS sont des diplômes d’Etat, respectivement de niveau III et II, que nous connaissons bien à la DR, mais qu’est-ce qu’un CQP ?

NB : Le certificat de qualification professionnelle, inscrit au répertoire national de certification professionnelle, est une reconnaissance de capacités par la branche professionnelle concernée. C’est un « diplôme » fabriqué sur mesure par des professions et reconnu seulement par la branche professionnelle concernée. Il permet de reconnaître des savoir-faire propres à un métier quand il n’existe pas de diplôme correspondant. Le CQP permet de mettre en adéquation les besoins en formation au sein d’une branche pro et un bassin d’emploi ciblé. Par exemple, en athlétisme cela permet de proposer un encadrement conforme au sein des clubs. Ainsi l’entraineur dispose de 320h d’encadrement rémunérées et adaptées à ses contraintes professionnelles.

Comment se déroule une certification et quel rôle jouez-vous ?

JH : Que ce soit au niveau régional ou national, outre la validation par des écrits et des oraux, nous organisons des visites pédagogiques pour évaluer la mise en pratique des capacités du candidat sur le terrain. J’interviens également dans des formations et je peux être jury d’examen soit pour la FFA, soit pour la DR s’il s’agit d’un diplôme d’une autre discipline sportive.

Je travaille avec la DR sur les dossiers d’habilitation des formations athlétisme, soit pour l’écriture des dossiers, soit pour leur validation par la fédération, par exemple, avec le service Formation-certification de la DR, nous estimons les critères d’évaluation des diplômes. En septembre prochain, l’Île-de-France sera la cinquième région à ouvrir une formation DEJEPS athlétisme.

Quelle est l’apport, la plus-value d’un CTR placé auprès d’une fédération pour la DR ?

JH : Le CTR est un fonctionnaire d’Etat qui exerce ses missions auprès des fédérations sportives, pour paraphraser notre plaquette de présentation, il contribue directement à la mise en œuvre de la politique sportive de l’Etat et est garant de la cohérence entre les projets sportifs des fédérations et les orientations prioritaires du ministère chargé des sports.

NB : Plus que l’apport d’un CTR, je dirais que le réseau entier des CTR d’Île-de-France (une soixantaine de personnes) est un véritable atout. Ce sont des acteurs pro-actifs qui ont pour mission de garantir le bonne mise en œuvre des politiques sportives en lien direct avec le mouvement sportif territorial (club, CDOS, CROS). Le réseau positionne les services de l’Etat, en l’occurrence la DRJSCS, au sein de la gouvernance du sport en Île-de-France.

Le positionnement de la DR est alors stratégique, quel est votre rôle en tant que coordonnateur ?

NB : En effet, constituer et animer un réseau de CTR c’est assurer un lien actif et pertinent entre la DR et les fédérations. En DR, nous coordonnons les actions conduites par les CTR pour créer les conditions favorables à l’échange de pratiques notamment. Nous participons aussi lorsque cela est nécessaire, à l’accompagnement et à la conciliation entre les fédérations et les CTR. Nous travaillons aussi en collaboration avec les Directions techniques nationales (DTN) afin de garantir la meilleure cohérence dans les missions exercées par les CTR.

En contact direct avec le réseau toute l’année, nous organisons aussi trois temps forts afin de regrouper les CTR. Le dernier a eu lieu à Strasbourg en janvier sur la problématique de la place de L’Europe dans les politiques sportives et la réforme territoriale de l’Etat. Le prochain se déroulera au Perreux-sur-Marne (94).

Nous sommes loin de la formation…

NB : Oui, tout simplement parce que les missions des CTR sont très variées. Julie a exposé ses missions qui touchent l’ingénierie de formation, mais les missions d’un CTR englobent, en fait la totalité des politiques sportives du ministère : lutte contre les discriminations, sport – santé, l’accès au sport de haut-niveau, la lutte contre le dopage, la coordination des pôles espoir, la question du sport et du handicap…div>

Sport

Exemple de collaboration avec le réseau des Conseillers techniques et sportifs : la lutte contre le dopage

Le 13 mai dernier, les jeunes stagiaires de l’Institut national de football de Clairefontaine (78) ont bénéficié d’une présentation de l’équipe de prévention contre le dopage (constituée d’une diététicienne du sport, d’un médecin référent pour l’AFLD (Agence française de lutte contre le dopage), d’un Conseiller d’animation sportive et du Conseiller interrégional anti-dopage de la DRJSCS). Journée basée sur l’échange, l’équipe de prévention a souhaité sensibiliser les jeunes sportifs aux risques du dopage (atteinte à l’éthique du jeu, risque pour la santé, impact sur l’image de soi, etc.). Ces temps de travail ont pour objectif de répondre à un besoin d’information et d’analyse sur les processus et comportements des athlètes vis-à-vis du dopage. A cette séquence technique et pédagogique est venue s’ajouter une intervention, le 14 mai, à Bondy (93) au bénéfice, pour la première fois, d’entraîneurs (il s’agissait de l’équipe technique régionale de natation d’Île-de-France). Expérience concluante, puisque l’impact et la sensibilisation sembleraient plus adaptés et utiles aux entraineurs qui sont, eux, en contact permanent avec les sportifs. Les CTR ont demandé de réfléchir à un contenu de formation qui pourrait être intégré dans le parcours de formations des futurs entraîneurs de natation. A terme, l’objectif serait de généraliser cette expérience à l’ensemble des autres entraîneurs sportifs.
Ces interventions, qui ne sont pas systématiques, sont conduites en étroite collaboration avec le réseau des Conseillers techniques sportifs, permettant une mise en relation directe avec le "terrain".

Campagne de sensibilisation sur les discriminations dans le sport : lutte contre l’homophobie

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan ministériel « Citoyens du sport », une campagne de communication est lancée contre toutes les formes de discriminations contraires aux valeurs du sport. A l’occasion de la Journée Mondiale de la lutte contre l’homophobie et la transphobie du 17 mai 2015, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a tenu à associer le mouvement sportif pour porter une série de quatre campagnes de lutte contre les discriminations dans le sport. Destinée à la fois aux acteurs du sport, qu’ils soient pratiquants, dirigeants, supporters et au grand public, cette campagne permettra de traiter l’ensemble des discriminations avec la thématique de l’homophobie en mai 2015, la prise en compte du handicap en novembre 2015 et enfin les comportements sexistes puis racistes en mars 2016. La première phase de cette campagne se déclinera par des vidéos de sportifs engagés sur la défense des valeurs de respect, de tolérance et d’égalité autour d’un #CoupdeSifflet contre l’homophobie pour favoriser l’intégration et le respect de la différence. L’affichage en partenariat avec la Mairie de Paris et une plateforme Web du ministère invitant les internautes à déposer leur #CoupdeSifflet pour faire le plus long coup de sifflet au monde contre l’homophobie viendront compléter le dispositif.
Cette campagne est accessible en ligne via le site du ministère (www.sports.gouv.fr) ou directement sur :
http://www.dailymotion.com/video/k6...
http://www.dailymotion.com/video/k4...

Jeunesse

La DRJSCS d’Île-de-France organise le rassemblement régional du Service civique

A l’occasion des cinq ans du Service civique, la DRJSCS d’Île-de-France a souhaité marquer la date anniversaire en organisant un rassemblement le 19 juin prochain. Pour l’événement plus de 200 jeunes volontaires ou anciens volontaires sont attendus, à l’Université Paris Diderot, autour d’un thème commun : « Valorisation des expériences des volontaires. Comment préparer l’après service civique et accéder à une formation, à un emploi… ». Moment de rencontres, d’échanges pour les volontaires, il participe à la constitution d’une communauté de volontaires du Service civique. Pour les partenaires, il donne à voir la réalité de l’engagement pour le bénéfice d’un territoire. Témoignages, ateliers, intermèdes artistiques seront au programme de la journée. Ce type de rassemblement régional s’inscrit dans la continuité d’un dispositif à succès, le Service civique est ancré sur tout le territoire et pour tous les jeunes. Le rassemblement du 19 juin permettra aux jeunes volontaires franciliens de vivre un événement civique et citoyen.

Quelle mise en œuvre du plan régional en faveur de la jeunesse d’Ile-de-France en direction des jeunes des quartiers politique de la ville ?

La DRJSCS organise le 2 juillet prochain une journée sur le plan régional en faveur de la jeunesse en Ile-de-France. A l’issue de la journée de présentation du plan régional, en juin 2014, il avait été annoncé un suivi chaque année, permettant, à l’occasion d’une nouvelle rencontre, de restituer les avancées du plan aux acteurs. Cette année le thème sera axé sur l’interministérialité et les contrats de ville au service du parcours des jeunes en difficulté dans les territoires. Une mobilisation efficace des services de l’Etat dans la déclinaison du plan régional a permis l’atteinte d’un certain nombre de résultats positifs. La poursuite de cette mobilisation interministérielle, ajoutée aux nouvelles orientations issues du comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015, doit permettre à la « priorité jeunesse » du Président de la République une mise en œuvre effective.

10 juin 2015, seconde journée d’échanges autour des rythmes éducatifs

Suite à une première journée d’échanges en 2014, la Coordination régionale des associations de jeunesse et d’éducation populaire (CRAJEP) d’Île-de-France, organise, en partenariat avec la DRJSCS d’Île-de-France, une nouvelle journée régionale, le mercredi 10 juin, à Paris, Halle Pajol dans le 18ème ardt, autour des rythmes éducatifs. Cette année, la journée aura pour thème "Réforme des rythmes : l’ambition éducative à l’épreuve des inégalités territoriales". Cette deuxième rencontre permettra de poursuivre l’analyse et la réflexion commune de la réforme des rythmes éducatifs avec au programme des ateliers axés sur : spécificité des territoires et action éducative ; nouveaux espaces, nouvelles pédagogies, nouveaux partenariats ; place des parents au sein de la communauté éducative ; enjeu des ressources humaines pour une action éducative de qualité. Animée par la CRAJEP et la DRJSCS, cette journée réunira les acteurs de la communauté éducative : enseignants, animateurs, chercheurs mais aussi des parents d’élèves…
http://www.crajep-idf.org/rythmes/1...

Emploi-formations

Campagne pour l’apprentissage

Dans le cadre du pacte de compétitivité, le président de la République a souhaité relancer l’apprentissage afin d’atteindre en 2017 un objectif de 500 000 jeunes. La DRJSCS porte en Île-de-France les missions de l’apprentissage dans le champ des métiers de l’animation et du sport depuis 2006. L’objectif régional d’ici à 2017 est d’atteindre le nombre de 1 765 apprentis pour cette filière soit une augmentation de 66% (1062 apprentis en 2013). Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail à durée limitée (12 à 36 mois) ou non (CDI débutant alors par l’apprentissage), pour les jeunes entre 16 et 25 ans, par lequel l’employeur (association, collectivité locale, entreprise privée, travailleur indépendant) peut bénéficier d’exonérations de charges, de primes et de crédit d’impôt. Il s’engage aussi à verser un salaire représentant un % du SMIC. Pour les associations, par exemple, ce salaire est compris entre 364 euros (brut), pour les plus jeunes et la 1ère année, et 1 164 euros (brut) au plus, pour les plus âgés et la 3ème année du contrat. L’employeur assurera une formation au jeune travailleur qui lui permettra d’obtenir un diplôme professionnel, en alternant des périodes de formation théorique en Centre de formation pour apprentis (CFA) et de formation pratique chez son employeur.

Publications

- Association

Qui est le patron des associations ? Simon Cottin-Marx et al., Mouvements, n° 81, 2015.
http://www.cairn.info/revue-mouveme...

La qualité de l’emploi dans les associations - Quels enjeux dans un contexte de crise ? , Le Mouvement associatif, mars 2015.
http://lemouvementassociatif.org/wp...

- Cohésion sociale

Libérer l’engagement des Français et refonder le lien civique, rapport de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale, avril 2015.
http://www2.assemblee-nationale.fr/...

La Nation française, un héritage en partage, Sénat, Gérard Larcher, Président du Sénat, avril 2015.
http://www.ladocumentationfrancaise...

Évolution du regard sur les quartiers « sensibles » et les discriminations entre 2009 et 2014, étude du CREDOC réalisée à la demande de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE), avril 2015.
http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R322.pdf

L’évolution de l’organisation régionale de l’Etat consécutive à la nouvelle délimitation des régions, rapport des inspections générales, avril 2015.
http://www.gouvernement.fr/sites/de...

- Emploi-Formations

Pour faciliter l’emploi des femmes dans les quartiers, accueil des jeunes enfants, CGET, février 2015.
https://2bc72220ee522ea02d357c9a11f...

Les métiers en 2022, rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications, France Stratégie - Dares, avril 2015.
http://www.strategie.gouv.fr/sites/...

- Jeunesse

Centres de loisirs, mini-camps, colonies : choix et expériences du collectif, Observatoire des vacances et loisirs des enfants et des jeunes et Etudes et recherches de la JPA, avril 2015.
http://www.ovlej.fr/wp-content/uplo...

Pourquoi considérer le décrochage scolaire comme un problème ? Pierre-Yves Bernard, La vie des idées, avril 2015.
http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf...

Veille juridique

Arrêté du 1er avril 2015 fixant la liste complémentaire des territoires concernés par l’expérimentation de la garantie jeunes
http://legifrance.gouv.fr/eli/arret...

Circulaire du 10 avril 2015 relative à la diffusion du guide juridique d’application des dispositions du décret n°82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail, ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique
http://circulaires.legifrance.gouv....

Guide juridique précisant les modalités d’application du décret n°82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail, ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique - avril 2015
http://www.fonction-publique.gouv.f...

Arrêté du 29 avril 2015 relatif à la liste des quartiers prioritaires de la politique de la ville présentant les dysfonctionnements urbains les plus importants et visés en priorité par le nouveau programme-national-de-renouvellement-urbain
http://legifrance.gouv.fr/eli/arret...

Décret n° 2015-510 du 7 mai 2015 portant charte de la déconcentration
http://legifrance.gouv.fr/eli/decre...


Cette lettre d’information est éditée par le Cabinet /communication
de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Île-de-France
Directeur de la publication : Pascal Florentin – Responsable de la rédaction : Hélène Pham Van
Rédactrice en chef : Barbara Domenech
Maquette : Sophie Richard
Ont participé à ce numéro : Nicolas Blin, Céline Calvez, Joëlle Dernoncourt, Jean-Maurice Dradem, Catherine Hirschmuller-Touzé, Isabelle Martin, Mihalo Papes, Goucem Redjimi, Christian Vivier.