bandeau imageDRJSCS Ile-de-France

DRJSCS Ile-de-France

Newsletter
Retour à la page d'accueil
>Lettre février 2017

Lettre février 2017

Article La Lettre de la DRJSCS 22/02/2017

 

Interview avec Adèle LEPOUTRE, chargée de mission à l’association Sciences Po refugee help

Bonjour Adèle, vous êtes étudiante à Sciences Po et vous êtes responsable du projet No border club de l’association Sciences Po refugee help, pouvez-vous nous présenter votre association et votre projet ?

Bonjour, Sciences Po refugee help est une association d’étudiants de Sciences Po dont le but est de venir en aide aux réfugiés et demandeurs d’asile à Paris. L’association compte 200 adhérents et nos équipes sont engagées à faire le lien entre ceux qui sont dans le besoin et ceux qui sont prêts à aider, à améliorer la vie quotidienne des demandeurs d’asile. Nous avons plusieurs actions, la première : l’aide à la procédure d’asile. Les bénévoles donnent des conseils, expliquent les droits, vérifient la conformité des formulaires, redirigent, si besoin, vers des organismes appropriées. Ils fournissent aussi des traductions de l’Arabe et du Farsi vers le Français. Nous donnons également des cours de Français pour fournir aux réfugiés les bases de la communication facilitant leurs activités quotidiennes en France. L’équipe des biens matériels est responsable de l’approvisionnement des besoins les plus urgents. Les bénévoles réalisent des évaluations régulières de ces besoins dans les camps de migrants et les centres d’hébergement à Paris. Enfin, l’équipe des activités sociales, dont No border club est l’une des actions principales, tente d’améliorer leur vie sociale : les bénévoles organisent des visites de musées, des promenades dans Paris, des évènements sportifs ou des projections de films.

Quel est le public accueilli ?

En majorité des hommes entre 18 et 30 ans, la plupart viennent de Syrie, du Soudan, d’Erythrée, d’Afghanistan et du Pakistan. Ils sont en procédure de demande d’asile et sont pris en charge par différents centres d’hébergement. Nous travaillons avec le CHU (Centre d’hébergement d’urgence) du Loiret (14ème), René Coty (13ème), Boulogne (92) gérés par l’association Aurora et la résidence Albin Peyron (20ème) gérée par l’Armée du Salut.

 

Pourquoi vous êtes-vous orientés vers un projet sportif ?

Tout d’abord, nous avons répondu à une demande des réfugiés. Ils souhaitaient faire du sport et en particulier du football de manière plus encadrée. Les valeurs du sport sont universelles, le sport dépasse les frontières de la langue, on vit un moment de partage et d’échange, comptant sur l’esprit d’équipe et le fairplay. Et puis, c’est un projet d’échange et de partage culturel, des convictions qui nous tiennent particulièrement à coeur dans l’association où nous essayons de lutter contre le racisme et l’exclusion. Le projet No border club correspond bien à la promotion de nos valeurs : solidarité, ouverture et implication. Ainsi, on a choisi d’impliquer les réfugiés dans l’action, de les faire devenir acteurs du projet. On voulait rompre la dichotomie entre aidés et aidants.

Quel est justement leur apport, leur implication ?

Comme je l’indiquais, nous travaillons avec quatre centres d’hébergement. Nous touchons une trentaine de personnes et parmi elles des membres des communautés afghane et pakistanaise qui nous ont initié au cricket par exemple. Nous avons constitué des équipes mixtes pour le football et le cricket (demandeurs d’asile et étudiants). Cela nous a paru essentiel, les réfugiés peuvent ainsi pratiquer le français dans un contexte informel, les étudiants, de leur côté, participent à un vrai échange multiculturel. Par la Mairie de Paris, nous avons réussi à avoir deux créneaux dans la semaine sur deux demi-terrains. Nous voulons constituer de vraies équipes, mettre en place un classement général au fil des rencontres, sur le modèle du classement de la ligue universitaire et finir par un tournoi sur une journée entière qui serait ouvert au public. Nous souhaiterions aussi participer aux Parisiennes qui est un tournoi entre Grandes écoles.

Quelles sont les freins rencontrés pour mener à bien ces projets ?

Nous souhaiterions étendre notre réseau aux acteurs professionnels et associatifs du football français. Au niveau institutionnel, nous bénéficions déjà du soutien moral et financier de la DRJSCS. Mais notre ambition est d’augmenter le nombre d’équipes, de multiplier les créneaux et trouver des terrains mais surtout et avant cela nous avons besoin d’entraîneurs. Si les difficultés sont réelles du côté d’un sport aussi populaire que le football que dire du cricket qui n’est pas un sport vraiment connu en France et qui nécessite un équipement bien spécifique. Notre public est un public mouvant : les demandeurs d’asile peuvent voir leur situation changer du jour au lendemain et les étudiants sont soumis aux aléas de leur parcours. C’est pour cela que nous souhaiterions développer, au final, un réseau qui permette aux demandeurs d’asile, quel que soit leur centre d’accueil, de trouver un club disposé à les accueillir. Et pour tous ces projets, nous avons réellement besoin de soutien institutionnel, financier, matériel et humain.
Merci Adèle !
Contact : social.activities@refugeehelp.fr

Formation et certification

Bilan 2016 du pôle Formation-certification
En 2016, le pôle Formation-certification de la DR a diplômé, en certification initiale ou par la VAE, 21 639 candidats dont 3 229 dans les secteurs de l’animation et du sport, 14 447 dans celui des professions paramédicales et 3 963 pour le travail social. Auxquels s’ajoute la validation de formations non professionnelles dans le secteur de l’animation comme le BAFA et le BAFD. 1 316 sessions instruites pour le BAFA ont permis à plus de 23 500 personnes de suivre ces formations et d’en diplômer 10 772 personnes, 210 sessions pour le BAFD ayant permis de former environ 2 300 stagiaires à l’issue desquels les jurys ont diplômé 410 candidats. La certification est le coeur de métier du pôle Formation-certification de la DRJSCS, c’est le constat que la personne qui a suivi une formation professionnelle a acquis toutes les compétences du référentiel inhérent au diplôme.
Autres activités notables du pôle : la délivrance des autorisations d’exercice des professions paramédicales pour les ressortissants européens et la vérification de l’authenticité des diplômes. En 2016, on compte 486 autorisations d’exercice pour les ressortissants de l’UE et plus de 8 000 vérifications de diplômes sur le seul secteur paramédical et 31 signalements pour faux et usage de faux auprès des juridictions.


Bourses BAFD
Pour les jeunes, l’emploi saisonnier est un bon moyen de se forger une première expérience professionnelle rémunérée et valorisante. Parmi ces emplois, les métiers de l’animation sont nombreux. Mais pour les exercer, l’obtention du brevet d’aptitude à la fonction d’animateur (BAFA) ou du brevet d’aptitude à la fonction de directeur(BAFD) est indispensable. Ainsi, le préfet de région accorde pour l’année 2017 une bourse de 400 euros maximum par stagiaire pour la formation théorique générale (session avant le 6 novembre 2017) du BAFD. Formulaire de demande de bourses sur le site Internet de la DRJSCS.

Vie associative

Nouveau formulaire unique de demande de subvention
Mesure emblématique de simplification pour tous, usagers et autorités publiques, le formulaire de demande de subvention est « unique » depuis l’ordonnance de simplification du 23 juillet 2015. Ce formulaire est utilisé par toute association sollicitant une subvention auprès de l’État. Il peut être utilisé pour les collectivités territoriales et les établissements publics. Il concerne le financement d’actions spécifiques ou le fonctionnement général de l’association. Pour en savoir plus

Focus

Le sport, gisement d’activités et emplois
Dans son dossier n°35 du mois de décembre 2016, l’IRDS donne un éclairage sur le poids économique du sport en Île-de-France et sur les activités et les emplois du secteur sportif identifiables. Si cette dimension est fortement présente lors des grands événements sportifs, le sport est également créateur d’emplois au quotidien. L’existence de la branche économique du sport ne date que d’une dizaine d’années (cf. convention nationale collective du sport de 2005) et ne couvre pas tous les acteurs du sport. Par ailleurs, l’importance de l’encadrement bénévole et la multiplicité de la pratique du sport à travers de très nombreuses disciplines rendent difficile l’appréhension du sport comme activité économique.
En bref
Campagne CNDS 2017 jusqu’au 26 mars
Le CNDS contribue au développement du sport en France et à l’aménagement du territoire dans le domaine sportif. La priorité est donnée au développement de la pratique sportive licenciée pour tous et sur tout le territoire francilien. Les territoires les plus fragilisés marqués feront l’objet d’une attention renforcée.
Les dossiers de demande de subvention(s) devront être retournés au service instructeur (DDCS ou DRJSCS) pour le 26 mars 2017. Informations et dossier complet

Le sport réconciliateur
La lutte contre le décrochage social des jeunes et la lutte contre les violences faites aux femmes sont deux des axes majeurs de l’appel à projet « Sport réconciliateur 2017 ».

Pour la deuxième année, la DRJSCS propose le sport comme outil d’éducation appelé à jouer une fonction de
réconciliation. Les structures associatives ont jusqu’au 29 mars 2017 pour déposer un dossier auprès des DDCS ou de la DRJSCS IDF. Documents à retrouver sur le site Internet de la DRJSCS pour déposer un dossier.

Actions locales jeunesse et éducation populaire
La DRJSCS et les DDCS d’Île-de-France proposent un appel à projets pour soutenir les actions locales pour la jeunesse dans les territoires fragiles. Une attention particulière sera portée aux projets intégrant le recrutement de jeunes en Service civique. Date limite de dépôt des dossiers fixée au 24 mars 2017 à la DDCS du département où se déroule l’action. Informations et dossier complet

Publications

Comment évaluer les contrats de ville ?, Observatoire national de la politique de la ville, février 2017.
Une mosaïque sociale propre à Paris , Insee Analyses Île-de- France, n°53, février 2017.
L’insertion professionnelle des jeunes, France Stratégie, janvier 2017.
Handicap, dépendance et pauvreté : les Français solidaires des plus vulnérables, DREES, janvier 2017.
Gravir l’échelle sociale est plus aisé en Île-de-France qu’en province, Insee, décembre 2016.

Veille juridique

Loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté.
Arrêté du 2 janvier 2017 modifiant l’arrêté du 25 septembre 2014 relatif à la formation spécifique du diplôme d’Etat d’alpinisme accompagnateuren moyenne montagne.
Arrêté du 11 janvier 2017 autorisant au titre de l’année 2017 l’ouverture de l’examen professionnel pour l’accès au grade de secrétaire administratif de classe normale relevant des ministres chargés des affaires sociales.
Instruction du 19 janvier 2017 relative à la mise en oeuvre du parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA) et de la Garantie Jeunes.
Arrêté du 24 janvier 2017 autorisant au titre de l’année 2017 l’ouverture des concours externe, interne et du 3e concours pour le recrutement d’inspecteurs de l’action sanitaire et sociale.
Arrêté du 1er février 2017 autorisant au titre de l’année 2017 l’ouverture de l’examen professionnel pour l’accès au grade de secrétaire administratif de classe exceptionnelle relevant des ministres chargés des affaires sociales.

Nominations

Décret du 25 janvier 2017 portant nomination de Simon BESNARD, président du conseil d’orientation des politiques de jeunesse.
Arrêté du 26 janvier 2017 portant nomination d’Arnaud DEZITTER, chargé de l’intérim des fonctions de directeur général du Centre national pour le développement du sport, à compter du 1er février 2017.
Arrêté du 13 février 2017 portant nomination de Frédéric ANTIPHON, adjoint au secrétaire général pour les affaires régionales de la région Île-de-France, pour une durée de trois ans, à compter du 1er mars 2017.
Décret du 16 février 2017 portant nomination de Michel DELPUECH, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris à compter du 27 février 2017.
Arrêté du 16 février 2017 portant nomination de François RAVIER préfet, secrétaire général de la préfecture de la région d’Île-de-France, préfecture de Paris en remplacement de Sophie BROCAS nommée préfète d’Eure-et-Loir.

 

version imprimable
(PDF – 418.9 ko)

Cette lettre d’information est éditée par le Cabinet /communication
de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Île-de-France.
Directeur de la publication : Pascal Florentin | Responsable de la rédaction : Hélène Pham Van
Rédactrice en chef : Barbara Domenech | Maquette : Sophie Richard / Truc Do Cao / Barbara Domenech
Ont participé à ce numéro : Christèle Gautier, Catherine Hirschmuller-Touzé, Alice Michaud, Anne-Claire Mie, Denis Paris,
Odile Urbaniak, Jean-Michel Voinot.